Surrealismo

All posts tagged Surrealismo

 Boris Vian – Le déserteur

Boris Vian

Boris Vian

He estado repasando cosas de uno de mis maestros más apreciados: Boris Vian. Es un artista polifacético, quizás más conocido por sus obras literarias, que por su música. Su imaginación se desbordaba con facilidad y navegaba entre relatos de novela policiaca dando vida a la pluma de Vernon Sullivan (su alter ego que huele a jazz) y la belleza surrealista de sus cuentos y novelas. Pero es un surrealista hasta la médula, y si no solo hay que comprobar su grado de compromiso con el Colegio de la Patafísica.

Pero su arte también supura entre las notas musicales. Puede que Le déserteur sea una de sus canciones más conocidas. Una canción protesta en toda regla. Siempre va bien recordar que cuando a uno le piden que de la sangre por un presidente, que sea él el primero que lo haga.

Dejo el link a la canción: Boris Vian – Le déserteur

LE DÉSERTEUR

Monsieur le Président

Je vous fais une lettre

Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens de recevoir

Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre

Avant mercredi soir

Monsieur le Président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens

C’est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise

Ma décision est prise
Je m’en vais déserter

Depuis que je suis né

J’ai vu mourir mon père

J’ai vu partir mes frères

Et pleurer mes enfants

Ma mère a tant souffert

Elle est dedans sa tombe

Et se moque des bombes
Et se moque des vers
Quand j’étais prisonnier

On m’a volé ma femme
On m’a volé mon âme
Et tout mon cher passé

Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J’irai sur les chemins

Je mendierai ma vie

Sur les routes de France

De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:

Refusez d’obéir

Refusez de la faire

N’allez pas à la guerre
Refusez de partir
S’il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le Président

Si vous me poursuivez

Prévenez vos gendarmes
Que je n’aurai pas d’armes

Et qu’ils pourront tirer